Vous êtes ici : Accueil > Le journal du collège > Evènements culturels > Cinéma > Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street.
Publié : 1er février 2008
Format PDF Enregistrer au format PDF

Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street.

Sweeney Todd,

Le diabolique barbier de Fleet Street

Interdit aux - de 12 ans

 

Un nouveau chef-d’œuvre de Tim Burton, avec ses deux acteurs fétiches, Johnny Depp et Helena Bonham Carter…

 

FICHE TECHNIQUE DU FILM

Réalisateur : Tim Burton

Acteurs : Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman…

 

Sortie en salle : le 23 janvier 2008

Genre : Musical-thriller, horreur, drame. 

Durée : 1H 55 min.

Pays : USA

Interdit aux moins de 12 ans.

CARACTERISTIQUES

Humour : * * * * *

 

Action : * * * * *

 

Violence : * * * * *

 

Emotion : * * * * *

 

SYNOPSIS

 Après avoir été enfermé pendant quinze années injustement par le Juge Turpin, Benjamin Barker s’évade et revient à Londres pour se venger. Le juge l’avait condamné afin de ravir sa femme et de prendre sous pupille sa fille encore bébé. En adoptant le nom de Sweeney Todd, Benjamin Barker rouvre son ancien commerce de barbier, situé à l’étage de chez Mme Lovett, une boulangère loufoque qui lui révèle que sa femme s’est empoisonnée…  

CRITIQUE 

Scénario : 8/10

 Ce film nous présente un excellent scénario très intéressant et enrichissant. A la base, lorsqu’on lit un synopsis ou un simple résumé, on peut penser que l’histoire est classique, sans intérêt particulier. Cependant, ce scénario nous séduit par ses surprises et ses rebondissements qui ne seront pas révélées volontairement afin de maintenir le suspense. Malgré le classicisme et une histoire basée sur un fait divers simple, ce film, à travers son scénario, nous montre les conditions de vies des hommes à cette époque, la misère, le malheur, les multiples difficultés de la vie. Il dénonce d’une certaine façon les hontes de l’humanité avec par exemple un aperçu d’un asile psychiatrique… Nous découvrons également une étude presque scientifique des comportements de chaque personnage, à travers leurs chansons, dans  la bêtise humaine mais aussi l’espoir et l’amour. Une étude très poussée est également faite sur le sentiment de vengeance, prouvant ainsi qu’il peut malheureusement rendre aveugle et pousser son possesseur dans la folie. Ce film nous montre également le danger des mauvaises fréquentations. Contrairement aux idées reçues, il est important d’expliquer que le but de ce film n’est pas de montrer de la « boucherie », ce n’est surtout pas l’image qu’il faut en retenir. Heureusement, on est loin des films classiques d’horreur avec du sang à « tout-va » bien détaillé et gratuitement ! Malgré sa classification dans le genre « horreur », on ne va pas voir ce film pour se faire peur ! La violence est omniprésente (dans les mots, les images…) uniquement pour montrer la folie dans laquelle tombe le personnage principal, assoiffé de vengeance. Il est à noter que ce scénario, qui peut paraître immoral, n’est pas sans la moindre morale finale ! Une larme dans les dernières minutes, pour le spectateur, est quasiment assurée…   Remarquons que l’univers symbolique un peu loufoque de Tim Burton reste présent.

Réalisation : 8,5/10

 C’est une réalisation magnifique, typique de Tim Burton. Tous les angles de vue, toutes les diverses façons de filmer reflètent à merveille les sentiments des personnages, le malaise présent dans le film, les machineries infernales. Une image sombre, amenée de façon tragique nous fait respirer l’air de cette atmosphère pesant. Tous les divers effets permettent aux spectateurs de garder les yeux grands ouverts et l’esprit attentif face à la réaction des personnages. Une image nette, un contraste de couleurs connotant la douleur et la poésie du rêve contribuent à l’expression du message véhiculé dans ce film. La réalisation est donc presque parfaite, et emmène le spectateur dans cet univers tragique, triste mais surtout dramatique…

 Décors, costumes : 7,5/10

 Les costumes et décors restent eux aussi typiques de l’univers magique de Tim Burton. Cependant dans ce film, étant donné que l’action ne change pas souvent de lieu, les décors ne changent pas souvent non plus. Ils reflètent tout de même extrêmement bien l’idée du film, les sentiments positifs et négatifs en général… Ils forment un tout très important pour ce genre de film. Les couleurs sombres connotent parfaitement la présence de la mort. Les décors des rues font preuve de fidélité au contexte historique, ainsi que les costumes des passants qui montrent en plus la condition de vie du peuple dans ce bas monde. 

Acteurs : 9,5/10

 Les acteurs ne sont pas moins qu’excellents ! Ils sont tous, sans la moindre exception, dans leurs rôles, expriment parfaitement leurs pensées, leurs joies, leurs peines… Les  expressions des visages sont époustouflantes, renforçant ainsi les convictions de chaque personnage. C’est donc un grand bravo à tous les acteurs principaux qui font vivre, une fois de plus, cet univers maléfique. Une mention spéciale doit être attribuée à Johnny Depp, pour son magnifique jeu d’acteur et sa prestation chantée.

Bande son : 10/10

 C’est sans la moindre hésitation que l’on peut attribuer le maximum de points à cette bande son. La musique apparaît toujours aux bons moments, n’est jamais trop excessive, renforce l’atmosphère du film. L’idée que ce film soit chanté à la manière d’une comédie musicale américaine peut paraître étrange, mais est loin d’être désagréable. En effet, les voix de tous les personnages sont belles, magnifiques et apportent un peu de poésie et de gaieté dans toute cette souffrance. L’arrangement musical est tout simplement génial, c’est une bande son à se repasser assurément en boucle. Mille bravos encore à Johnny Depp pour sa voix agréable.

NOTE FINALE : 17,4/20

 

 Un excellent film en tous points qui ne laissera pas le spectateur sortir de la salle indifférent…

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street.

    Avril 2008, par

    Tim Burton, voila bien un réalisateur qui ne laisse pas indifférent son public ! Sa dernière production respecte la règle en nous entrainant à la fois dans Oliver twist et Taxi driver avec la plume de Zola. Références plutôt flateuses, j’en conviens, mais à la sortie de la salle on ne porte pas le sourire "banane" que produisaient ses précédents films. Le voyage est trop court, trop superficiel, c’est comme partir pour visiter la pyramide de Gizeh et finalement ne pas descendre du car. Certes, c’est un très beau car mais un car est un car. Johnny Deep est irréprochable mais le scénario reste trop léger. Les chants sont réussis mais n’apportent rien.
    Dans ce film, Tim Burton, ajoute une facette encore inédite dans ses films - peut-être dans Edouard aux mains d’argents. Au delà du décor londonien du début du 19e cette histoire est totalement atemporelle et peu s’appliquer à toute période sombre car ce n’est pas un simple conte mais bien la description de l’homme dans sa chute, et, le recontextualiser dans notre société actuelle fait vraiment réfléchir et amène à la conclusion que les films de Burton sont beaucoup plus partiaux et, j’ose, engagés que leurs aspects extérieurs ne laissent le présager.
    Pour la tentative zolienne du réalisateur j’adhère mais les puristes du contes fantastiques restent sur leurs fin et vont loués le DVD de Sleepy Hollow.
    Les chants sont réussis mais n’apportent rien.

    Répondre à ce message

    • Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street.

      Mai 2008, par Judicaël

      Tout d’abord, merci d’avoir répondu à cet article, et félicitations pour ta critique : elle est vraiment agréable à lire ! icones_peda Et désolé pour ma réponse si tardive... icones_peda

      Je suis pratiquement d’accord avec tout ce que tu dis icones_peda, sauf peut-être l’histoire des chants qui n’apportent rien icones_peda. Je me permets donc de réfuter cela... Il faut savoir qu’à l’origine, Sweeney Todd était une comédie musicale. Les chants sont donc là pour rendre hommage à cette comédie musicale. Tim Burton, dans une interview, a même dit que le spectateur doit oublier les chants et avoir l’impression que ce film est uniquement parlé. Mais, en analysant un peu, je pense que les chants sont peut-être là aussi pour apporter de la poésie et de la joie dans toute cette douleur. En tout cas, je demeure d’accord sur le fait qu’ils soient réussis... et agréablesicones_peda.
      Au niveau du scénario, je reconnais qu’il y a un manque de détails, l’étude n’est peut-être pas assez poussée... mais j’aimerai voir le scénario de la comédie musicale, pour savoir si Tim Burton a tout simplement voulu le respecter sans aller plus loin, ou si au contraire, il a enlevé des éléments pour en faire une adaptation cinématographique.
      Une petite question : De quoi veux-tu parler quand tu dis « Burton ajoute une facette encore inédite dans ses films... » ?
      Puisque tu parles d’Edward aux mains d’argent, je trouve qu’il y a de nombreux points communs entre ce film et Sweeney Todd : le château d’Edward et la boutique de Todd se ressemblent, les plans et les angles sont les mêmes, le maquillage de Johnny Depp est presque identique... On retrouve bien la signature Burton.

      Voilà, voilà. Et pour toutes les personnes qui ont vu ce film, n’hésitez pas à mettre un petit mot... car c’est toujours très intéressant d’avoir des avis extérieurs et différents... et de les échanger.icones_peda

      Répondre à ce message