Vous êtes ici : Accueil > Le journal du collège > Evènements culturels > Autres > Spectacle "Monstre-moi"
Par : Paris D.
Publié : 12 novembre 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Spectacle "Monstre-moi"



Vendredi 9 octobre , les 5è5 et 6è5 sont allés à l’ECPC pour assister au spectacle de danse « Monstre-moi ». Pour l’occasion, les sixièmes se sont fait critiques. Certains ont apprécié, d’autres ont été plus nuancés.

Voici quelques unes de leurs remarques.

« Je n’ai pas aimé le début car pour moi je trouvais que le danseur handicapé parlait trop alors que c’était de la danse. Au milieu, j’ai bien aimé car il y avait un danseur qui avait bandé les yeux de la personne handicapée et un autre a mis son bras dans son tee-shirt pour faire comme une personne qui n’avait plus de bras. Le troisième a mis sa jambe dans son pantalon. J’ai bien aimé aussi la fin car avec les projections d’images sur les danseurs, on aurait crû des caméléons ». (Pauline)

« Le spectacle était bien, il y avait de l’humour et la danse était bien. J’ai bien aimé car c’était drôle, bien présenté, on se croyait dans un film en 3D » ( Jordan)

« Ce que j’ai aimé, c’est : les projections sur les danseurs. Ils lèvent les mains quand on fait un son aigü et ils sont à terre quand on fait un son grave » (Ronny)

« Dans le spectacle, ils expliquaient qu’un handicapé peut être comme les autres. Ce n’est pas parce qu’il est handicapé qu’il faut le laisser tout seul. » ( Damien)

« Je n’ai pas aimé le spectacle parce que je n’ai pas compris son sens et aussi parce que je n’aime pas ce style de danse-là » ( Soizic)

« Le moment que j’ai le plus aimé, c’est quand ils dansaient avec la projection de couleurs sur leur corps » ( Anthony)

« Au début du spectacle, je me demandais lequel était handicapé. Mais je l’ai su car on le voyait lorsqu’il parlait, il avait du mal à parler normalement. Mais quand il a dansé, c’était super bien. » ( Sindy)

« Le spectacle m’a plu car il y avait des danseurs, de la lumière, c’était joyeux. Mais l’homme n°1 n’aurait pas dû dire devant les primaires que le Père Noël n’existait pas. Et nous les collégiens, nous avons rigolé. » ( Cassandre)